Vous êtes ici

Plongée : l'épave du Chaouen garde son secret

06 juillet 2018

Elles reposent à plusieurs dizaines de mètres sous la surface de l'eau et constituent autant de balises dans l'histoire du littoral marseillais : 200 épaves (recensées) de navires (et quelques avions) sont ainsi présentes au fond de la rade de la cité phocéenne.
Tout au long de l'été, à travers une série de vidéos, nous allons vous faire découvrir, en images, huit de ces épaves remarquables pour faire remonter à la surface une partie de ce patrimoine maritime.
Ces épaves sont aussi devenues aujourd'hui  - au même titre que la faune ou la flore - des objets de curiosité pour les plongeurs qui explorent nos fonds marins à la recherche de sensations.

Episode #1 : l'épave du Chaouen

 
Ce cargo de 90 mètres de long (sur 13,5 mètres de large) battait pavillon marocain et assurait le transport des agrumes entre Casablanca et Marseille.
Le 21 février 1970, vers 22h30, il vint s’encastrer dans un haut fond, à l’Ouest de l'île du Planier, déversant  à la mer sa cargaison de 640 tonnes d’oranges. Les témoins parlent de "la mer d’oranges" et d'agrumes flottant par centaines dans les petits ports de la ville.
Le remorqueur "Provençal 15" s'échina pendant des heures pour arracher le Chaouen aux rochers dont il était prisonnier.  Vers 2h30 du matin, le mistral qui s'était levé rendit le travail de remorquage impossible. Vers 6h du matin, l’eau avait envahi les cales et la salle des machines par la déchirure faite à tribord. A 13h30, le Capitaine Freton donne l’ordre d’abandonner le cargo et, trois quart d’heures plus tard, le Chaouen commence se couche sur bâbord et commence à s'immerger. L’épave est restée visible à demi immergée pendant une quinzaine d'années, avant de finir par sombrer à 40 mètres de profondeur.

Le naufrage du Chaouen reste un mystère : lancé à pleine allure, le cargo a foncé, sans raison apparente sur les rochers, par mer calme. Erreur de navigation, négligence du capitaine ou de l'équipage ?
Certains avancent une hypothèse économique : le cours de l'orange ayant chuté pendant la traversée, le capitaine aurait préféré couler son navire et faire jouer les assurances pour se faire rembourser le bateau et sa cargaison.
Mais le secret du Chaouen a été englouti avec sa carcasse.

 

Couchée sur bâbord, l'épave est orientée vers l’île du Planier et très bien conservée. La plongée se fait le long du pont. Par 4-5 mètres, on découvre deux magnifiques ancres et les treuils sont toujours présents.
La cheminée est intacte. De nombreuses trappes et ouvertures permettent un accès facile aux cales, aux cabines ou au salon. La salle des machines est encombrée de câbles et demande au plongeur d'être particulièrement prudent. De nombreux objets restent visibles à l’intérieur du Chaouen. Au niveau de la poupe, le mât radar qui permet de contempler le Chaouen dans son ensemble.
A 36 mètres, on accède à l’hélice et au gouvernail. La coque à tribord est remarquablement conservée.

Faune et flore :  quelques gorgones et éponges. Des petites algues brunes. La faune est essentiellement composée de congres, bance de sardines, castagnioles et barbiers. (Source : http://scubaspot.free.fr/epaves/chaouen.html)

<

+ DE SPOTS DE PLONGÉE

 


Plonger sur le littoral marseillais

 
Randonnée palmée, apnée, pêche sous-marine, vidéo sous-marine, archéologue sous-marine : la rade et le littoral marseillais offrent un panel varié pour les passionnés de plongée.

 

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet