Vous êtes ici

Projet "Plastic Odyssey" : le bateau qui transforme les déchets plastiques en carburant

18 septembre 2018

Avancer sur l’eau en recyclant des déchets plastiques, c’est l’ambitieux projet de "Plastic Odyssey", dont le responsable de l’expédition, Simon Bernard, a été formée à l’école de la Marine Marchande de Marseille.
"Ulysse", un navire prototype de 6 mètres de long, sera présenté à Marseille, ce mercredi 19 et ce jeudi 20 septembre. Le public pourra approcher le bateau, jeudi de 9h à 18h, face à l'Hôtel de Ville.

Un projet d'envergure mondiale
Ce prototype a pour but de démontrer la crédibilité du projet et de récolter des fonds qui permettront la construction d'un catamaran de 25 mètres qui avance grâce aux déchets plastiques. La construction devrait démarrer, à La Rochelle, d'ici la fin 2018.
Il parcourra les océans du globe, tout en collectant les détritus plastiques, lors des escales.
Le grand départ est envisagé en mars 2020 depuis Marseille, pour 3 ans d'expédition,
le long des côtes d'Afrique, d'Amérique du Sud et d'Asie (33 escales programmées).
18 tonnes de plastique sont rejetés dans l’océan chaque minute. Une fois en mer, seulement 1% de ce plastique flotte et peut être récupéré. Pour réduire la pollution plastique dans l’océan, il faut s’attaquer au problème à la source : la terre.

Transformer le plastique en carburant : comment ça marche ?

Il s'agit de chauffer le plastique dans une cuve à haute température  (pyrolise à 430°) sans lui apporter d'oxygène.
Privé d'oxygène, le plastique ne brûle pas mais se fragmente peu à peu, jusqu'à devenir liquide et gazeux.
Le prototype de navire actuel peut recycler 4 à 5 kg de déchets plastique par heure, générant ainsi 3 litres de carburant
(75% de  gazole et de kérosène et 25% d'essence).

Escale à Marseille
"Ulysse", la version prototype de ce navire propulsé aux déchets plastiques a été inauguré par Brune Poirson, secrétaire d’État à l’Écologie et par le navigateur Roland Jourdain, en juin dernier.
Le projet est déjà largement médiatisé et bénéficie du soutien de nombreuses personnalités et de scientifiques de renom.
Plusieurs entreprises sont déjà partenaires du projet et financent la phase actuelle. Il faut désormais faire grandir le projet et trouver de nouveaux financements pour la construction du navire final.
Pour ce faire, les concepteurs réalisent actuellement un "tour de France" de présentation dans plusieurs grands ports. Les 19 et 20 septembre, "Ulysse" est invité par la municipalité à amarrer à Marseille.
La Ville de Marseille apportera son soutien au projet, lors d'une conférence de presse à l'Hôtel de Ville. L’objectif de cette rencontre vise à préparer le départ du tour du monde depuis le Vieux-Port en 2020.

 

­­­
Biodiversité, une volonté de préserver l’environnement
Pour la Ville de Marseille et son territoire, c'est une nouvelle occasion de porter plus haut des engagements forts envers la planète prévus dans les prochaines années. Dans le cadre de sa politique de la Mer et du Littoral, Marseille a ainsi investi près de 70 millions d'euros pour la mise en place d'un vaste plan d'actions pour la décennie 2010-2020. A titre d’exemple d’actions pérennes :
  • la préservation des petits fonds marins, particulièrement prise en compte lors du balisage estival pour les bateaux
  • un objectif continu d’amélioration de la qualité des eaux de baignade (en 2017, 18 plages de qualité excellente et 3 de qualité bonne)
  • la création d’aires marines éducatives et de sentiers de découverte marine
Son engagement pour la préservation de l'environnement a été récompensé, en 2014, avec l'attribution du Grand prix du génie écologique pour l'immersion dans la rade Marseillaise de 400 récifs artificiels. Ce programme, pilote en Europe et en Méditerranée, fête avec succès ses 10 ans cette année.
 

 

Images © Plastic Odyssey

 


 

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 
 

  Live Tweet