Vous êtes ici

Patrimoine maritime et points de vue

Le Marégraphe

 

Le Marégraphe de Marseille situé sur la Corniche, dans l'anse Calvo enregistre depuis 1884 les variations du niveau moyen de la mer.
Grâce à cette  mécanique de précision, l'ensemble des reliefs de France a été calculé de la façon la plus précise possible et nous le devons aux talents d'un ingénieur hambourgeois : F . H Reitz qui avait déjà installé ce type de marégraphe sur l'île d' Helgoland en Mer du Nord et dans le port de Cadix sur l'Atlantique.  

Au fond d'un puits protégé par un bâtiment réalisé en pierre de Cassis, se trouve le repère fondamental  de nivellement qui va permettre de déterminer le fameux niveau zéro : "un rivet de bronze à tête sphérique dont la calotte supérieure est faite en un alliage très dur de platine et d'indium, déjà employé pour la fabrication du mètre étalon déposé au pavillon de Breteuil".

Classé monument historique depuis octobre 2002, le Marégraphe a fait l'objet d'une restauration en 2006. Il est actuellement géré par l'Institut Géographique National. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA13000040

Le Marégraphe de Marseille est un lieu chargé d'histoire, c'est également une station de surveillance de haute technicité qui en fait un observatoire essentiel des programmes actuels d'observation du niveau des mers.

Le grand spécialiste du Marégraphe de Marseille est l'ingénieur Alain Coulomb qui a récemment publié un ouvrage très documenté sur le Marégraphe de Marseille intitulé : "Le Marégraphe de Marseille, de la détermination de l'origine des altitudes mais aussi des changements climatiques".

Des visites publiques de ce bâtiment encore trop méconnu sont régulièrement organisées notamment dans le cadre de la manifestation annuelle "Septembre en Mer" et à l'occasion des "Journées Européennes du Patrimoine".


Phare de Planier

 

"Il est un phare à deux milles de la côte. Tous les soirs, on le voit qui balaye de sa lumière et le large et la rive. Ce phare est illustre dans le monde : il s'appelle le Planier. Quelle que soit l'heure où vous le regardez, dites-vous qu'à cet instant on parle de lui sur toutes les mers et sous toutes les constellations. Quand on n'en parle pas, on y pense". Albert Londres Marseille, porte du Sud,1927.

Situé à 8 kms au large, encensé par Albert Londres, le Phare de Planier est la sentinelle qui accueille les navigateurs depuis le Moyen-Age.
Une première tour d'une hauteur de 12 mètres fut construite en 1320 à la demande du Comte de Provence, Robert d'Anjou. A cette époque, un feu de bois était entretenu chaque nuit à son sommet. Depuis cette date, 4 autres phares se sont succédé sur l’îlot de Planier dont le dernier édifié en 1959 en pierre de Cassis par les architectes Arbus et Crillon.

Au sommet d'une colonne de 66 mètres, un feu projette ses éclats blancs toutes les cinq secondes visible dans un rayon de 42 kms.

Entièrement automatisé en 1986, ses derniers gardiens le quittent en 1992. Les bâtiments de service du Phare du Planier, propriété de l’État, sont aujourd'hui désaffectés.

Classé monument historique en 2012 pour sa valeur historique et l'originalité de son architecture, le site du Planier a fait l'objet de nombreux projets de développement : base de plongée, observatoire scientifique etc., sans aboutissement jusqu'à ce jour.

 

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet